Mois: mars 2016

L’erreur française sur le tarif de l’iPhone « abordable »

Publié le Mis à jour le

Ce soir, à l’occasion de son Special Event de début d’année, Apple a annoncé l’arrivée d’un iPhone plus abordable, l’iPhone SE. Format 4″, dans la lignée historique des grands ancêtres, mais tout aussi puissant que le grand frère iPhone 6S, il a été annoncé lors de la conférence à 399$ pour le marché américain.

Autant dire qu’à ce tarif là, vu le niveau d’équipement, même avec seulement 16 Go de stockage, il est extrêmement intéressant, et le succès aux USA est fort probablement d’ores et déjà assuré. On aurait pu espérer la même chose en France : même en se faisant entuber au passage par la conversion directe du signe monétaire, et non du chiffre, passer sous la barre symbolique des 400€ aurait eu un impact non négligeable auprès de tous ceux qui, souvent par une solide logique pragmatique, ont pour habitude de faire durer un maximum le modèle précédemment acquis, ou tout simplement trouvaient le ticket d’entrée chez la Pomme trop élevé. Il aurait ainsi remplacé au pied levé les iPhone 5S encore en vente sur leur prix moyen actuel.

Malheureusement, non seulement on se fait donc, comme très souvent, avoir sur le taux de conversion, mais en plus il faudra au final ajouter pratiquement 100€ de plus à la facture française qui s’élève donc à 489€ sur l’Apple Store. Autant dire qu’à ce tarif, l’attractivité est nettement moins de mise, surtout quand on est limité à 16 Go de stockage non extensible. Il fera certes probablement le bonheur de ceux qui payent leur forfait un bras tous les mois pour bénéficier de tarifs très attractifs sur ces terminaux très chers malgré un engagement les rendant au final encore plus chers, mais pour les autres, il y a de grandes chances qu’une fois de plus ils laissent passer la vague, ou se tournent vers du neuf un peu moins au goût du jour mais plus attractif côté portefeuille.

« Abordable » gardera donc ses guillemets jusqu’à nouvel ordre.

Publicités

Windows 10 Mobile : enfin !

Publié le Mis à jour le

Cette fois, ça y est, Windows 10 Mobile est enfin là ! Alors oui, je sais, ça fait quelques temps déjà que Microsoft a déployé sur ses récents Lumia x50 cette nouvelle version, mais elle restait globalement considérée comme pas vraiment totalement finie tant que le déploiement sur la totalité du parc Windows Phone compatible n’avait pas commencé. C’est donc aujourd’hui en fin d’après-midi que j’ai eu l’agréable surprise de voir passer les premières news mentionnant la disponibilité de la nouvelle mise à jour. Du coup, ça fait quelques heures que mon Lumia 535 est passé en mode Windows 10, sauf qu’avec la tartine d’autres mises à jour à faire, tant au niveau des différents composants systèmes que  des applications, je n’ai pas encore trop eu le temps d’en profiter.

Mais bon, j’ai quand même pu faire un bon tour de la base, que j’avais déjà découvert lors de mon bref passage sur une version Insider. Unification de l’expérience oblige, on retrouve de très nombreux éléments systèmes et applications de série déjà présents sur Windows 10 PC, et quasiment à l’identique, par exemple niveau paramètres, on est sur du trait pour trait avec ce qu’on a sur ordinateur lorsqu’on réduit au maximum la fenêtre, c’est clairement mieux agencé que sur Windows Phone 8.1 qui était un peu trop « grosse liste en vrac » à ce niveau-là.

Après, je suis quand même tombé sur quelques coquilles : par exemple, sur le journal d’appel, j’ai eu le même souci que sur la version Insider essayée il y a un mois, le rattachement des numéros aux fiches contacts correspondantes ne s’est pas fait automatiquement pour la plupart des entrées, mais du coup j’ai vidé l’historique, j’espère que ce sera suffisant, les premiers appels entrants de la part de mes contacts confirmeront vite la chose. Petit couac aussi sur les cartes hors connexion, l’installation de la mise à jour qui reste bloquée.

A l’heure qu’il est, j’ai fini de faire toutes les mises à jour d’applications sur le Store, et j’ai lancé une autre mise à jour système, on verra bien si ça permet de corriger les quelques pépins qui traînent encore ça et là. En tout cas, en tant que grand fan de l’ergonomie Windows Phone, je suis bien content de voir cette mise à jour arriver enfin, et je pense faire plusieurs retours ici sur ce sujet dans les jours qui viennent.

Cette fois c’est bon, Diablo II en 1.14A

Publié le

Comme je le précisais dans mon précédent article, Blizzard a connu quelques ratés pour le lancement de son nouveau patch pour Diablo II. Un weekend plus tard, les choses sont rentrées dans l’ordre : les installeurs sont disponibles à la bonne version, et le patch est disponible à part hors-Battle.net, pour tous ceux qui auraient échappé au massacre en règle de leur installation existante par la version déployée manifestement trop vite en fin de semaine dernière.

Pour tous les détails, ça se passe par là :

http://us.battle.net/en/forum/topic/20743034295

Et sinon, on a aussi appris ce weekend que Blizzard a en fait recruté de nouveaux développeurs pour effectuer la maintenance de ses jeux Classiques, du coup, c’est le tout aussi vénérable Warcraft III qui va lui aussi avoir droit prochainement au même genre de patch spécial compatibilité, avec comme objectif d’avoir une base nouvelle pour une vague de mises à jour à venir dans les prochains mois.

Increvable Diablo II

Publié le Mis à jour le

En voilà une nouvelle sortie un peu de nulle part : 5 ans après sa précédente mise à jour, alors que son ladder tournait toujours mais qu’on pensait l’ancêtre définitivement out côté support global, voici que Diablo II reçoit un nouveau patch 1.14a.

Alors il s’agit pour l’essentiel d’un toilettage niveau compatibilité, histoire de rendre le jeu compatible avec les systèmes récents, notamment sur Mac, où ça fait 10 ans maintenant qu’on a des puces Intel sous le châssis, où ça fait depuis OS X 10.5 que le code PowerPC a été abandonné, et où pourtant le vénérable hack’n slash n’avait toujours pas été mis au goût du jour. Une tentative de Blizzard de faire passer la pilule auprès de ses fans également fans d’Apple après l’annonce qu’ils seront laissés de côté par son futur « j’ai pompé tout ce que je pouvais en matière de design dans les jeux de figurines hors Games Workshop » Overwatch ?

Peut-être. En tout cas, on peut aussi se demander s’il ne s’agit pas également d’une certaine forme d’aveu d’échec de la part du mythique développeur/éditeur, qui peine à placer Diablo III en véritable remplaçant de son prédécesseur en tant que numéro 1 mythique du genre.

Car il faut bien avouer que si Diablo III, après une extension et nombre de mises à jour pour réajuster les éléments au cœur du jeu qui ont plus que fait grincer des dents, s’est quand même vendu par palettes entières, pas sûr qu’il ait été globalement aussi marquant que son ancêtre, dont l’emprunte indélébile en tant que référence incontournable du genre continue de perdurer auprès du public, alors qu’il fête cette année ses 16 ans.

Et il est bien parti pour continuer encore longtemps, car déjà que la remise à zéro du classement Battle.Net en décembre dernier avait rappelé la vivacité toujours bien présente de la communauté, l’autre moitié du travail amorcé sur ce nouveau patch ne trompe pas : Blizzard est en plein travail pour améliorer ses dispositifs anti-triche/hack, et en général, ce genre d’effort n’est fait que sur des titres dont la vitalité en ligne est bien établie.

Par contre, on a l’impression qu’ils ont un peu de mal à s’y remettre, parce que pour le moment le lancement de ce nouveau patch s’avère assez calamiteux : l’annonce a été faite, la mise à niveau des serveurs Battle.Net aussi, mais de très nombreux joueurs sont confrontés à des erreurs à l’installation qui ne se fait pour l’instant que via connexion au service en ligne de Blizzard dans le jeu, et qui ne se résout pas avec la réinstallation du jeu.

La cuvée début 2016 de ScummVM

Publié le Mis à jour le

J’étais un peu passé à côté de l’info puisque ça date du 4 mars (ça m’apprendra à ne pas me tenir à ma promesse interne de faire enfin un vrai suivi sur ce blog): l’équipe derrière l’excellent et totalement indispensable ScummVM, interpréteur permettant de faire tourner sur de nombreuses plateformes la majorité des légendes du jeu d’aventure, ont sorti en ce début d’année une version 1.8.0.

Comme d’habitude, outre les corrections et améliorations dans la prise en charge des différents moteurs, on a droit à une liste de 10 nouveaux jeux compatibles avec le logiciel :

  • Amazon: Guardians of Eden
  • Beavis and Butthead in Virtual Stupidity
  • Les Chevaliers de Baphomet 2.5 : Le Retour des Chevaliers du Temple
  • Les Dossiers secrets de Sherlock Holmes: L’Affaire de la rose tatouée
  • Les Dossiers secrets de Sherlock Holmes: The Case of the Serrated Scalpel
  • Labyrinth of Time
  • Rex Nebular and the Cosmic Gender Bender
  • Sfinx
  • Zork: Grand Inquisitor
  • Zork Nemesis : Les Territoires interdits

J’avoue que même en tant que vétéran du point’n click, du fait d’adorer ce genre de jeux depuis facilement 20 ans (nom de Zeus, le coup de vieux en disant ça), au fil des versions de ScummVM on entre de plus en plus en territoires inexplorés en ce qui me concerne. Cette fois, les Zork je connais, jamais joué mais j’avais fait assidument la lecture de la soluce il y a bien des années dans un vieux magazine, les Sherlock Holmes j’ai déjà vu passer sur des sites d’abandonware et il y a de fortes chances que je les récupère dans les jours qui viennent. Pour le reste, mis à part Rex Nebular dont j’ai de vagues souvenirs, toujours dans les magazines de l’époque, c’est Terra Incognita. Oui, même le Baphomet 2.5, car je n’ai jamais vraiment mis le nez dans les opus fanmade de cette saga que j’adore, dont il faudra un jour que je me fasse justement les opus venus après Les Boucliers de Quetzalcóatl (notez que j’ai réussi à l’orthographier du premier coup, accent mis à part), mais bon, que voulez-vous, les deux premiers sont justement si excellents que j’ai jusque-là toujours préféré y rejouer que tenter le 3 (que j’ai quand même eu à une époque, et qui m’avait tellement déçu niveau maniabilité, foutue mode du passage à la manette dans les jeux d’aventure au début des années 2000, je m’étais retrouvé complètement coincé sur un passage à la con où le personnage court face à la caméra, j’avais revendu le jeu sans jamais le finir) le 4, ou encore plus récemment les épisodes du 5.

Pour en revenir à cette nouvelle version, à noter aussi un portage spécifique à destination du Raspberry Pi, je suppose pour Raspbian, nouvelle preuve que ce petit ordinateur pas cher commence à devenir de plus en plus intéressant pour qui veut se monter une machine rétro ratissant le plus large possible.

En bref, ScummVM, c’est toujours aussi excellentissime quand vous adorez les bons vieux jeux d’aventure à la souris, donc si c’est votre cas, c’est par ici que ça se récupère :

http://www.scummvm.org