Humeur

Tout casser, pour mieux refaire.

Publié le

On ne va pas se mentir, j’ai toujours eu un problème avec mes blogs au fil des années. Comme pour beaucoup de choses, j’ai toujours eu plein de débuts d’idées, commencé à les mettre par écrit, pour au final ne pas les terminer, ou ne pas me tenir au fait de le faire régulièrement.

À la limite, ça m’embêtait, mais c’était compensé par le fait que je pouvais aller partout ailleurs sur le Web, on pouvait trouver plus ou moins les mêmes choses que je galérais moi-même à coller sur mon site. Donc vu qu’il y avait plein d’autres sources à lire, que la mienne soit plus ou moins fantômatique, ça n’était pas bien grave.

Aujourd’hui, en 2019, l’état des choses est nettement moins glorieux. Les réseaux sociaux et YouTube sont passés par là, l’obsession de la news instantanée au détriment des articles plus recherchés sur les sites d’actualité gratuits, ainsi qu’une mode de design que je trouve relativement désagréable, ont fait que je me tourne à nouveau de plus en plus vers les gens qui continuent à tenir des blogs pour trouver des choses intéressantes à lire.

Mais là, c’est pareil, déjà le blog ce n’est plus que pour les courageux, et parmi ces courageux, nombreux tiennent régulièrement un discours assez fataliste à propos de l’écrit sur la Toile qui sera très bientôt celle des années 2020.

À cette évolution assez générale d’Internet, j’ajouterai ma fatigue personnelle du réseau social, Facebook tout particulièrement. Le service ne m’intéresse plus depuis de nombreux mois maintenant : site trop lourd, ergonomie qui m’agace chaque fois que je passe dessus, et surtout, comme la plupart de mes contacts n’étant que sur ce réseau sont des gens qui pour la plupart se trouvent êtres la famille, les amis ou d’autres personnes que je côtoie régulièrement hors Internet, je n’ai rien de particulier à leur raconter dans le cadre du réseau social. Twitter, c’est autre chose, Twitter c’est plus la salle de discussion géante, je n’utilise quasiment plus que ce réseau là, y ayant trouvé mon petit confort en matière de contacts et de sujets de conversation avec les gens.

Bref, ce cheminement de réflexion assez décousu pour dire que je fais le grand ménage sur ce blog, et qu’il est grand temps de participer au rétro-pédalage d’une partie du contenu en ligne : on va refaire des articles, de l’écrit, des choses plus posées qui correspondent uniquement aux envies, aux humeurs, et pas à cette course qui consiste à vouloir vous gaver d’informations jusqu’à en vomir.

Publicités