Microsoft

Nettoyage des fichiers de mise à jour sur Windows 10

Publié le Mis à jour le

ATTENTION : Ce tutoriel vous envoie gratter dans des fonctions avancées de Windows relativement simples à utiliser, mais nécessitant d’aller modifier/nettoyer des fichiers système. Même s’il s’agit de fichiers ne posant à priori aucun problème car plus nécessaires, prenez tout de même les précautions de rigueur : sauvegarde, bien lire les descriptions dans les outils, etc.

Alors que le voisin de blog beaucoup plus au sud Cyrille Borne s’éreinte à trouver des portables avec Windows 10 dessus pas chers mais efficaces pour les enseignants de son établissement, il est rapidement tombé dans son dernier article en date sur la question sur un problème assez récurrent à notre époque où fait fureur la mode de l’appareil pas cher qui propose certes du SSD, mais avec une capacité de misère.

Oui, chers constructeurs, c’est très bien d’avoir pris conscience cette année que nous filer systématiquement en entrée de gamme 16 pauvres gigots sur les tablettes et smartphones avec seulement les 2/3 si pas juste la moitié d’utilisable, ça devenait carrément honteux, surtout sur les appareils ne bénéficiant pas d’un lecteur de cartes microSD. Sauf que le fait est qu’en ce qui concerne les PC, ça reste extrêmement limite. On pourrait se pencher longtemps sur le pourquoi, mais globalement le fait de n’avoir connu pendant une très longue période que l’idée d’une course à la capacité en matière de stockage a sûrement une bonne part de responsabilité.

En bref, sur Windows en particulier, côté mises à jour on prend ses aises, et ce n’est pas parce que Windows 10 fonctionne nettement mieux que, au hasard, Windows 7, pour les récupérer et les installer, qu’il prend moins de place pour les stocker sur le disque. Surtout que rappelez-vous, maintenant on a une option dans Windows Update pour les partager façon peer-to-peer sur son réseau ou sur le Net les mises à jour, ce qui implique de garder les fichiers quelque part. Du coup, forcément, entre la taille de base de l’OS et les packs Windows Update, ça commence à faire beaucoup, surtout quand il s’agit, comme on a eu droit cet été, d’une mise à niveau d’anniversaire pesant la moitié du système de base.

Autre précision à connaître, histoire d’en rajouter une couche sur l’occupation disque, cette fameuse mise à jour anniversaire est tellement importante que lorsque vous mettez à niveau un Windows 10 déjà installé, son installation est considérée comme un passage vers une nouvelle version de Windows, comme lors de la migration 7/8 vers 10. Donc sauvegarde du système en version précédente au cas où vous souhaiteriez revenir en Windows 10 pré-anniversaire. Et ça, quand on a que 32 Go théoriques de stockage sous le capot, ça commence à faire beaucoup.

À partir de là, deux questions :
– Peut-on y faire quelque chose, comme par exemple se débarrasser des fichiers des mises à jour qui traînent encore même après installation ?
– Si oui, comment on s’y prend ?

Réponse à la première question : oui, on peut parfaitement y remédier, et c’est même Microsoft qui le dit dans son outil pour faire ça, beaucoup de fichiers se révélant d’une occupation disque assez éléphantesque peuvent parfaitement êtres évacués manu-militari de votre disque, puisqu’au final totalement optionnels, et conservés essentiellement à des fins de maintenance au cas où/faire fonctionner le partage des mises à jour que j’évoquais plus haut.

Réponse à la deuxième question : l’opération est des plus simples car totalement prévue dans les outils de nettoyage disque de Windows, il faut juste être bien évidemment administrateur de son poste, puisqu’on va aller nettoyer des fichiers système.

Pour cela, on se rend dans les Propriétés de son disque principal, et on lance l’outil de nettoyage.

nettoyage-update-win10-1

Après balayage de votre disque, l’outil vous fournit une première liste de fichiers pouvant êtres nettoyés, et on s’aperçoit en un bref coup d’oeil qu’elle ne contient rien en lien avec les mises à jour, et c’est tout à fait normal, ne vous inquiétez pas, je ne vous mets pas sur une fausse piste. Pour justement aller gratter plus avant, il faut ensuite cliquer sur le bouton Nettoyer les fichiers système.

nettoyage-update-win10-2

Nouvelle recherche de fichiers, et cette fois apparaissent dans la liste des entrées précédées de la petite icône Windows Update.

nettoyage-update-win10-3

Selon la situation actuelle de votre système, elles peuvent êtres au nombre de 4 : les fichiers des différentes mises à jour (Nettoyage de Windows Update), les journaux d’installation, les fichiers temporaires suite à l’installation de Windows, et la sauvegarde de la version précédente de Windows.

Mis à part les journaux, qu’il vaut mieux garder au moins par précaution, le reste, et c’est confirmé par les descriptifs, ça peut partir à la poubelle sans trop de problème :
– conserver les versions précédentes des mises à jour n’est généralement utile que dans le cas où vous auriez un problème avec les plus récentes, autant dire que ça n’a plus rien à faire sur votre disque si tout va parfaitement bien passé un certain temps (d’autant plus que les mises à jour actuelles sont conservées, si vous avez un problème avec celles à venir elles seront toujours là) ;
– les fichiers temporaires d’installation, si tout s’est passé sans problème lors de cette opération, vous n’avez plus besoin de rien ;
– la sauvegarde de la version antérieure de Windows est elle nettement plus sujet à situation, selon si vous pensez revenir en arrière ou pas ; dans tous les cas, Microsoft précise bien à différents endroits tant dans Windows que sur ses pages d’aide que cette sauvegarde n’est gardée qu’un mois par le système.

Donc en conclusion, si vous savez un minimum ce que vous faites, et que vous avez besoin de faire subir une cure d’amincissement à Windows Update, vous pouvez y aller sans problème. Après, vous pouvez également passer par des outils du style CCleaner, qui peuvent également mettre le nez dans les fichiers systèmes jugés obsolètes, mais disons que j’ai préféré vous présenter en priorité la méthode déjà relativement simple et totalement intégrée dans les outils de Windows. Au final on s’aperçoit que Microsoft a pas mal bossé le sujet, vu qu’une bonne partie de ce qui est gardé s’avère être parfaitement supprimable et qu’ils ont l’air d’avoir mis quelques gardes-fous histoire de ne pas tout virer y compris ce qui reste « nécessaire ». Le seul truc, c’est qu’il serait souhaitable que sur des appareils à faible capacité de stockage, le système automatise un peu plus cette opération, ce qui n’a pas l’air d’être vraiment le cas puisque qu’à l’usage, l’encombrement disque se voit assez rapidement.

Publicités

Moins galérer pour mettre à jour Windows 7, troisième !

Publié le Mis à jour le

Il y a quelques mois de ça, je retentais l’installation de Windows 7 sur un de mes postes inutilisés, histoire de voir ce que je pourrais bien en faire. Dans deux billets précédents, vous avez pu constater que ça s’est avéré fort pénible au moment de faire les mises à jour du système, la faute à ce casse-pied professionnel de Windows Update. Ah, et qu’on se rassure, j’ai récemment installé un Windows Vista, qui introduisait WU en tant qu’application système en lieu et place du site web via Internet Explorer des précédents, ça marche tout aussi mal (du coup, pour le Windows Vista, je n’ai pas insisté, je suis tout passé par du tiers, le module Patch-Up de 360 Total Security dont j’avais déjà parlé).

Depuis, je n’ai à nouveau plus d’ordinateur tournant sur Windows 7 à la maison, mais je suis tombé aujourd’hui sur ce billet de quelqu’un ayant eu exactement la même galère du Windows Update sur une installation tout fraîche qui pompe tout ce qu’il peut comme ressources sans jamais faire correctement ce qu’on lui demande. Du coup, nouveau KB pouvant servir en post-installation, le KB3102810, qui , comme le précédent que j’avait déjà trouvé, se récupère et s’installe avant de tenter le gros pack cumulatif publié par Microsoft au printemps.

D’ailleurs, en parlant de pack cumulatif, celui-ci reste pour l’heure confiné à une récupération manuelle, et je ne sais pas si les différentes mises à jour publiées depuis ont été intégrées. Mais bon, la question devrait être réglée d’ici quelques temps, puisqu’on devrait voir ce type de mise à jour débarquer dans les mois qui viennent pour Windows 7 et 8.1 courant octobre/novembre via Windows Update…enfin à la condition qu’il ne reste pas stupidement coinçé au moment de la recherche des mises à jour, auquel cas les installations petites mises à jour KB, dont il est question plus haut et dans le précédent billet sur le sujet, seront toujours d’actualité.

Moins galérer pour mettre à jour Windows 7, deuxième !

Publié le Mis à jour le

Hier je parlais de certains correctifs supposés rendre moins pénible l’installation de la montagne de mises à jour pour un Windows 7 fraîchement installé. Sauf qu’au final, si ça s’est avéré bénéfique au début, vu le nombre et vu l’optimisation GÉNIALE de Windows Update sur Vista et 7, y a toujours un couac quelque part, et même en passant par l’outil Patch-Up d’une suite anti-virus/nettoyage comme 360 Total Security histoire de contourner le problème, on se retrouve au final avec un Windows Update dans un état lamentable.

Donc j’ai cherché de plus amples infos sur comment arriver à installer le fameux SP2 qui n’en est pas vraiment un sans se taper une belle erreur « pas compatible » au lancement de l’installeur.

Il se trouve qu’effectivement il me manquait un petit quelque chose, et ce petit quelque chose est la mise à jour KB3020369, qui apparemment est à installer absolument avant de tenter d’appliquer ce pack de « commodité ».

Je vais tester ça en refaisant une installation toute propre hors connexion, et on va voir si ça marche comme promis.

Mise à jour : Bon point, ça a fonctionné correctement. Une fois la petite mise à jour installée, la cumulative a bien voulu s’installer. Par contre, difficile de savoir ce qui est réellement inclut dans cette mise à jour cumulative, parce que par exemple pas d’Internet Explorer dans sa dernière version, et les dieux savent que dans le porte-conteneurs de Windows Update, il y en a des mises à jour liées à Internet Explorer. Donc là, j’avais désactivé complètement les mises à jour automatiques (PC en offline à l’installation de toutes façons), je lance une recherche, on verra bien si les promesses de « vous verrez, une fois celle-là appliquée vous n’aurez plus grand-chose à installer » est tenue.

Mise à jour 2 : Malheureusement, après l’avoir laissé tourner 2 bonnes heures, on est toujours coincé avec le même problème de Windows Update qui tourne, tourne, et tourne encore lors de la recherche de mises à jour. Donc j’en ai marre, et je vais refaire une installation propre en passant ensuite uniquement par un outil comme le Patch-Up de 360 Total Security.

Ce n’est évidemment pas l’idéal, non pas parce que ça ne fait pas le boulot, mais juste parce que c’est une solution de contournement pour l’élément critique que sont les mises à jour. OK Windows 7 commence à se faire vieux et Microsoft fait des pieds et des mains pour le remplacer par Windows 10, mais quand on a besoin de le réinstaller, c’est juste inacceptable de se retrouver avec un outil de mises à jour qui merde autant, et qui a d’ailleurs toujours merdé à un moment ou à un autre.

 

Windows Update et conso mémoire sur un Windows 7 frais

Publié le Mis à jour le

J’ai récemment effectué plusieurs installations de Windows 7 Pro sur de vieilles machines, et à chaque fois l’installation des presque 300 mises à jour est sans doute l’étape la plus pénible à subir. Notamment à cause d’un problème bien particulier auquel je n’avais jamais vraiment fait attention jusque-là : la consommation mémoire de Windows Update.

Il se trouve que la version du service de mises à jour sur un Windows 7 SP1 fraîchement installé a une consommation mémoire absolument abominable, faisant monter l’usage mémoire du seul processus svchost.exe à 2 Go voire plus, mettant à genoux même une configuration avec 4 Go sous le capot.

Fort heureusement, il existe un correctif. Avant d’attaquer la fastidieuse étape des mises à jour, ne lancez aucune recherche sur Windows Update, et installez immédiatement la rustine disponible sur cette page :

https://support.microsoft.com/en-us/kb/3138612

Testé et approuvé, je peux vous assurer qu’ensuite vous allez gagner un temps considérable, vu qu’ensuite Windows Update n’essayera plus de tuer votre machine en siphonnant toute sa RAM à la moindre recherche de mises à jour !

PS : Ceci ne corrige pas toutefois l’autre gros problème de mémoire qui survient lors de l’installation de la tonne de mises à jour, à savoir le processus TrustedInstaller.exe qui lui aussi se met à consommer une quantité astronomique de RAM.

Afin d’éviter ce second problème de consommation mémoire, il est conseillé de ne pas lancer l’installation des mises à jour d’un seul coup, mais de le faire en plusieurs fois.

L’autre solution, ce serait que Microsoft se bouge pour nous proposer par défaut dans Windows Update le gros pack qu’ils ont récemment publié, un genre de SP2 qui n’en est pas vraiment un, parce qu’en ce qui me concerne, l’installeur récupéré via site web m’a gratifié d’un message d’incompatibilité les deux fois où j’ai tenté de l’utiliser pour mettre à jour plus rapidement.

Bilan de Cortana comme pont entre PC et mobile

Publié le Mis à jour le

Suite à la mise à jour Windows 10 ENFIN arrivée pour mon Lumia 535 le mois dernier, j’avais fini par sauter le pas et réactiver Cortana au moins sur le PC portable pour voir un peu ce que pouvaient donner les interactions permises par cette assistante entre l’ordinateur et le téléphone.

Déjà, pour la présentation, comme pour pas mal d’autre éléments entre Windows 10 et sa version mobile, c’est bonnet blanc et blanc bonnet, on a strictement le même contenu, les mêmes options, et tout fonctionne exactement pareil, ce qui est quelque part une réussite dans la volonté de Microsoft d’avoir une continuité totale entre le monde du mobile et celui du PC traditionnel. De fait, la synchronisation des éléments personnalisés du carnet de notes fonctionne à la perfection, et tout ce qui a été paramétré pour l’usage de Cortana lors du premier lancement sur le mobile se retrouve tel quel une fois revenu sur le PC.

Ce qui m’intéresse surtout dans l’affaire, c’est la possibilité de pouvoir de plus en plus ne pas avoir à décoller du PC pour pouvoir gérer la partie téléphonie et messagerie. Et là, on touche à ce qui pour l’instant ne va pas, du moins vraiment pas assez loin, dans l’écosystème actuel de Windows 10. Outre Cortana, Microsoft propose via le Windows Store l’installation sur PC de trois applications issues du rachat de Skype et faisant l’intégration de se dernier à l’OS : Messages, Téléphonie et Vidéo Skype.

Vu l’intitulé de ces applications, on pourrait se dire qu’à partir du moment où on a tout bien configuré à la fois sur le PC et sur le téléphone pour utiliser à fond les services et applications Microsoft, tout va faire comme pour Cortana, on va retrouver nos appels du téléphone dans Téléphonie, nos SMS/MMS dans Messages, etc.

Ben non, raté. En réalité, pour l’heure ces applications ne sont que les fonctionnalités de Skype découpées en 3, avec une ergonomie plus que douteuse quand on est déjà utilisateur de la version classique toujours bel et bien d’actualité.

Ce qui est frustrant dans l’affaire, c’est qu’à côté de ça, Cortana dispose déjà d’une fonction très pratique dans ce domaine : on peut par son biais envoyer des SMS depuis le PC, ça fonctionne plutôt bien, il n’y a même pas besoin d’être sur le même réseau ou en Bluetooth puisque tout passe par son système de synchronisation qui lui permet ensuite d’envoyer le SMS via le téléphone. Sauf qu’à cause du fonctionnement actuel des applications sus-mentionnées, impossible de faire le suivi ensuite sur PC, il faut toujours reprendre son téléphone pour avoir les réponses aux messages. Là par exemple j’ai envoyé 2 SMS depuis le PC portable dans le salon, j’entend le son des réponses sur le téléphone dans le bureau, je n’ai rien qui s’affiche sur l’ordinateur.

Le plus rageant dans l’histoire, c’est de savoir que Microsoft a le concept, et de constater avec cette fonctionnalité de Cortana qu’ils arrivent déjà à le faire fonctionner. Alors pourquoi ne pas l’avoir intégré à fond dès le départ ? Lors de leur conférence de début d’année où ils ont dévoilé leurs plans pour la future grosse mise à jour de Windows 10 prévue pour cet été, ils ont annoncé une refonte complète des applications Skype qui ne conviennent au final à personne, refonte qui devrait permettre d’avoir justement cette synchronisation complète tant attendue. Sauf qu’on aurait quand même dû avoir ça au moins depuis l’arrivée des premiers téléphones Windows 10 Mobile à l’automne dernier, et qu’il faudra du coup attendre encore plusieurs mois avant d’en profiter.

En attendant, sur le marché de la téléphonie, les appareils sous Windows ne décollent pas, alors qu’avec le déploiement de Windows 10 sur de plus en plus de PC, ce serait le genre de fonction qui pourrait être mise bien en avant pour la promotion de l’OS mobile.

Faute de mieux, on se donne donc rendez-vous à l’automne prochain pour un second bilan d’usage sur les interactions de Cortana entre mobile et PC.

Windows 10 Mobile : enfin !

Publié le Mis à jour le

Cette fois, ça y est, Windows 10 Mobile est enfin là ! Alors oui, je sais, ça fait quelques temps déjà que Microsoft a déployé sur ses récents Lumia x50 cette nouvelle version, mais elle restait globalement considérée comme pas vraiment totalement finie tant que le déploiement sur la totalité du parc Windows Phone compatible n’avait pas commencé. C’est donc aujourd’hui en fin d’après-midi que j’ai eu l’agréable surprise de voir passer les premières news mentionnant la disponibilité de la nouvelle mise à jour. Du coup, ça fait quelques heures que mon Lumia 535 est passé en mode Windows 10, sauf qu’avec la tartine d’autres mises à jour à faire, tant au niveau des différents composants systèmes que  des applications, je n’ai pas encore trop eu le temps d’en profiter.

Mais bon, j’ai quand même pu faire un bon tour de la base, que j’avais déjà découvert lors de mon bref passage sur une version Insider. Unification de l’expérience oblige, on retrouve de très nombreux éléments systèmes et applications de série déjà présents sur Windows 10 PC, et quasiment à l’identique, par exemple niveau paramètres, on est sur du trait pour trait avec ce qu’on a sur ordinateur lorsqu’on réduit au maximum la fenêtre, c’est clairement mieux agencé que sur Windows Phone 8.1 qui était un peu trop « grosse liste en vrac » à ce niveau-là.

Après, je suis quand même tombé sur quelques coquilles : par exemple, sur le journal d’appel, j’ai eu le même souci que sur la version Insider essayée il y a un mois, le rattachement des numéros aux fiches contacts correspondantes ne s’est pas fait automatiquement pour la plupart des entrées, mais du coup j’ai vidé l’historique, j’espère que ce sera suffisant, les premiers appels entrants de la part de mes contacts confirmeront vite la chose. Petit couac aussi sur les cartes hors connexion, l’installation de la mise à jour qui reste bloquée.

A l’heure qu’il est, j’ai fini de faire toutes les mises à jour d’applications sur le Store, et j’ai lancé une autre mise à jour système, on verra bien si ça permet de corriger les quelques pépins qui traînent encore ça et là. En tout cas, en tant que grand fan de l’ergonomie Windows Phone, je suis bien content de voir cette mise à jour arriver enfin, et je pense faire plusieurs retours ici sur ce sujet dans les jours qui viennent.

[Humeur]La grande mode du partage connecté…

Publié le Mis à jour le

Roh, mais sérieusement, qu’est-ce qu’ils ont tous à vouloir nous faire partager de courtes vidéos de nos parties, hein ? Partage sur PS4, partage sur Xbox One, et maintenant Nvidia qui nous pond un truc pour que les GeForce fassent elles aussi de l’enregistrement…

Eh bien je dis non ! Y en a marre ! C’est bien ça le problème actuellement, on nous propose de plus en plus de fonctions connectées, sauf qu’en contrepartie, on en a de moins en moins pour partager les expériences de jeu dans son propre salon. C’est quand même un comble, non ? Nos télés sont de plus en plus grandes, les machines de jeu de plus en plus puissantes, le support d’au moins 4 manettes est censé être le standard absolu, et pourtant, le multijoueur en local est une denrée qui se fait de plus en plus rare. Tellement en fait que la poignée de jeux proposant encore cette fonctionnalité est souvent un carton (admirez la logique quand même, ça cartonne, mais il en sort de moins en moins chaque année).

Parce que c’est bien joli les services de jeux en ligne et les réseaux sociaux. Mais le jeu vidéo, à la base, c’est une expérience qui se vit depuis toujours en priorité depuis son chez soi, avec de vrais gens, avec ses vrais potes avec qui on partage de vrais moments. Personnellement, je ne me suis jamais autant éclaté en multijoueur que quand on s’est fait des parties tous ensemble dans le même salon, que ce soit sur consoles ou en LAN, j’ai beaucoup plus de mal en ligne avec des gens que je ne côtoierai virtuellement que le temps d’une partie, ou que les quelques mois que je passerai sur un jeu, et encore si je prend la peine de me lancer de façon régulière dans les modes multijoueurs.

Donc voilà, tout ça pour dire que cette grande mode du partage vidéo, ça sera comme le reste, toujours de l’optionnel qu’on nous fera passer pour de l’indispensable, pendant qu’on nous privera toujours un peu plus de ce dernier…